Aïkido technique – Chapitre 5 – Ukemi

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Aïkido technique

Par Mitsunari Kanai, 8th Dan, Shihan
Instructeur en chef de New England Aikikai (1966-2004)

Chapitre 5 – Ukemi

Partie 1
Dans ce chapitre, je n’aborderai pas la complexité de la défense en général; je limiterai plutôt ma discussion principalement à la relation d’Uke à Nage (l ‘«autre» ou le «partenaire») en me concentrant sur la façon de tomber et / ou sur la façon d’être jeté. Même dans cet examen limité, nous devons reconnaître plusieurs questions clés. Premièrement, il faut comprendre l’attitude mentale appropriée appropriée à ceux qui maintiennent et poursuivent la vraie forme de “Bu” (arts martiaux). En développant l’approche correcte de l’ukemi, il faut apprendre à maîtriser les techniques d’ukemi appropriées à tout type de waza (techniques) reçues du Nage. Celui-ci doit comprendre ces exigences tout en conservant une attitude sérieuse, comme en témoigne le comportement correct du Nage. Les éléments suivants sont simplistes: il faut comprendre toute la force de la technique du Nage, et aussi rendre la technique du Nage plus raffinée ou “polie”. descriptions des techniques d’ukemi; cependant, il ne faut pas oublier que les bases de l’apprentissage de l’ukemi exigent de s’entraîner à exécuter tous les types d’ukemi avec un corps flexible, un esprit vif et un jugement précis de la situation. Il est également essentiel d’abandonner une relation trop dépendante avec le Nage; c’est-à-dire une relation basée sur un compromis du principe selon lequel Uke et Nage sont liés par une relation martiale.

Cette relation a plusieurs implications. Par exemple, Uke ne doit pas tomber à moins que Nage’s technique ne fonctionne. De plus, la technique d’Uke ne doit pas dépendre de l’hypothèse que le Nage sera gentil, ou qu’il n’exercera pas toutes ses options, y compris donner des coups de pied ou frapper l’Uke s’il y a des ouvertures. Dans l’entraînement il faut polir sa technique mais aussi la technique de son partenaire, mais en même temps il faut maintenir une attitude aussi sérieuse et stricte que face à un ennemi. C’est la base d’une relation qui évolue vers des niveaux plus élevés sur la base d’un engagement mutuel à polir l’Aikido de chaque partenaire.

Koho Kaiten Ukemi (Back Roll ukemi)

Les exigences de base de Koho Kaiten ukemi sont de pouvoir faire roulade arrière sans se blesser Lorsque vous lancez, et plus loin, pour toujours reconnaître que l’élément le plus dangereux dans une situation martiale est la personne à laquelle vous êtes confronté. Vous devez pratiquer avec la compréhension que la ligne de fond du Bujutsu (arts martiaux) est de vous protéger de l’adversaire (s) en toutes circonstances et à tout moment.

Cela impose certaines exigences techniques aux techniques de l’ukemi. La compréhension de ces exigences peut entraîner des conséquences désastreuses pour la pratique actuelle de l’Aikido. On peut observer cela d’une manière courante pour faire Koho Kaiten ukemi.Dans ce cas, l’Uke commence son Koho Kaiten en reculant avec la jambe intérieure (c’est-à-dire la jambe la plus proche du Nage), en pliant le genou jusqu’à ce que le genou touche le sol (à genoux). L’uke pose ensuite les fesses sur le tapis et d’abord, roule vers l’arrière puis roule vers l’avant tout en touchant le même genou sur le tapis et, enfin, se lève. Faire le roulade arrière de cette manière montre une conscience insuffisante des dangers aigus inhérents en effectuant tous ces mouvements directement devant l’adversaire. De plus, abaisser le genou intérieur au sol après avoir reculé de cette façon montre une négligence potentiellement mortelle due à l’exposition. Quels sont ces dangers? Tout d’abord, vous devez réaliser que reculer avec la jambe intérieure signifie que vous êtes exposé à un coup de pied. à un coup de pied, et aussi à la perte de mobilité inhérente à cette position.

L’erreur de poser le genou avant de tomber est aggravée, après la chute, en roulant vers l’avant et en se tenant directement devant l’adversaire. C’est la preuve que l’on agit indépendamment de l’adversaire et est dans une relation diamétralement opposée à la situation martiale, où l’on est complètement impliqué avec l’adversaire, et où ses actions, pour être correctes, doivent reconnaître et se baser sur ce l’interdépendance. (La seule exception est lorsque la pratique est restreinte par les limitations d’espace d’un Dojo.) Reculer tout en s’agenouillant et en plaçant la fesse devant l’autre est une position exposant “Shini-Tai” (un “cadavre” ou “un corps sans défense” ) et, par conséquent, est une position dans laquelle vous ne pouvez pas vous protéger. Tant que Nage ou Uke fondent leur approche de la pratique sur une relation indépendante les uns avec les autres, les hypothèses sous-jacentes à leur pratique ne seront pas cohérentes avec ces hypothèses d’un situation martiale. Parce que l’Aikido, en tant qu’art martial, est basé sur ces hypothèses (et d’autres), on ne peut les ignorer sans compromettre sa nature essentielle.

Néanmoins, beaucoup de gens ont fait exactement cela et pratiquent une forme frelatée qui ne devrait pas être appelée Aïkido car elle a été vidée de son caractère essentiel d’art martial. Dans une telle perspective, l’Aikido se réduit à un jeu stérile, dans lequel on ne peut jamais produire ou saisir quoi que ce soit du vrai Aikido.Par conséquent, lorsque vous prenez l’ukemi, ne reculez pas avec la jambe la plus proche de l’autre! Et ne posez pas le genou en tombant!

Quelle est donc la bonne façon de prendre Koho Kaiten ukemi? Fondamentalement, vous devez faire un grand pas en arrière avec la jambe extérieure et plier ce genou sans plier le pied afin que le bas du pied continue de toucher le tapis. Ensuite, posez la même fesse latérale et faites Koho Kaiten en roulant sur l’épaule intérieure, puis, après vous être retourné, tenez-vous debout à Hanmi, prenez Ma-Ai et faites face à l’autre. Selon la technique particulière reçue du Nage, il peut être approprié de reculer par-dessus l’épaule extérieure (tout en reculant toujours avec la jambe extérieure). Dans tous les cas, pour effectuer un ukemi correct, vous devez utiliser suffisamment la force élastique des jambes. En Aïkido, le “pouvoir élastique” (ou “pouvoir de flexion et d’étirement”) est une méthode de base utilisée pour produire de la puissance ou pour adoucir la puissance reçue d’un adversaire.

Dans le cas de l’ukemi en arrière, par exemple, ce n’est qu’en utilisant la force élastique de la jambe arrière après le rouleau que vous pouvez créer l’élan nécessaire pour vous lever. Vous devez utiliser le tendon d’Achille et le muscle ischio-jambier (ainsi que tous les autres Zenpo Kaiten Ukemi (Front Roll Ukemi) Faites un pas en avant avec la jambe extérieure, c’est-à-dire les muscles et les tendons en dessous de la hanche) afin de créer de la puissance lorsque vous êtes projeté, tout comme vous les utilisez lorsque vous lancez. la jambe la plus éloignée du Nage.

Si, par exemple, la jambe droite est la jambe extérieure, étendez le bras droit vers l’avant tout en pointant ses doigts vers l’intérieur et courbez le bras droit. Ensuite, faites en sorte que l’extérieur du bras incurvé touche les tapis moelleusement et faites rouler tout votre corps vers l’avant, dans l’ordre, l’épaule droite, le dos incurvé et la hanche gauche. Pour terminer le roulement et vous lever en position debout, pliez le genou gauche et positionnez le genou droit dans une position pliée mais droite. En arrivant à cette position à genou, en utilisant l’élan du roulement, mettez votre poids sur la balle du pied droit et faites Tenkan en même temps debout et en vous positionnant à Migi Hanmi pour vous préparer au prochain mouvement. le mouvement en prenant un Ma-Ai suffisant qui prépare au prochain mouvement de l’adversaire. Par conséquent, lorsque l’on pratique ce mouvement Zenpo Kaiten, l’objectif devrait être de le rendre bas et loin (c’est-à-dire plus bas en hauteur et plus loin en distance).